Stéphane MAUGENDRE (Avocat)

© Mélanie Gribinski
© Mélanie Gribinski

Stéphane Maugendre est né en 1961, il est Avocat au Barreau de Bobigny (Seine-Saint-Denis) depuis 1988.

Il a fait ses premières armes auprès de Madeleine Terrasson (spécialiste du droit des étrangers) et Henri Leclerc (spécialiste du droit pénal), Avocats au barreau de Paris, au cabinet Ornano.

Il a créé son cabinet en 1989 à Rosny-sous-Bois (93110), en Seine-Saint-Denis (93) et est aujourd’hui associé au sein de la Selarl Minier-Maugendre & Associées.

Il est impliqué dans la défense pénale et du droit des étrangers.

Concernant le droit pénal, il est intervenu sur les thématiques suivantes :

Concernant la défense du droit des étrangers, il est intervenu sur les thématiques suivantes :

De 2008 à 2016, il est président du Gisti (Groupe d’Information et de Soutien des Immigré.e.s), dont il est membre depuis 1985  (Gisti, ils restent, Libération, Anne Diatkine, 05/08/2008). Discours de fin de présidence du Gisti du

Il est membre, depuis sa création, de l’association ADDE (Avocats pour la Défense des Droits des Étrangers).

Il a été coordinateur référent pour la défense pénale d’urgence et préside le Pole Étranger du Barreau de la Seine Saint Denis.

Depuis 2016, il est inscrit sur la liste des Conseils auprès de la Cour Pénale Internationale

Il est ancien membre du conseil de l’ordre des avocats du Barreau de Bobigny (Seine-Saint-Denis) et a été enseignant (Droit Pénal, Procédure Pénale et Droit des étrangers) à l’école de Formation des Barreaux du ressort de la Cour d’Appel de Paris, juré d’examen de déontologie du CAPA (Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat), intervenant à l’Ecole Nationale de la Magistrature, rédacteur pour les Editions du Dictionnaire permanent.

Il a été président de la Commission Nationale de Droit Pénal du Syndicat des Avocats de France (SAF) et Membre du Bureau de la FIDH. (Fédération Internationale des Droits de l’Homme).

Il a été pendant quelques temps l’avocat de Cheb Khaled et, surtout, pendant une quinzaine d’années et jusqu’à son décès celui de Cheikha Rimitti (Cheikha Rimitti, chanteuse algérienne, Le Monde, Véronique Mortaigne, 16/05/2006).

Il a été Observateur à Ankara (Turquie) lors du procès d’une centaine de membres de l’organisation kurde Dev Yol (Trois Français ont assisté à un procès en Turquie, L’écho Républicain, 11/10/1988; Mission en Turquie, 11/10/1988; Turquie : toujours la torture , l’Humanité, 24/10/88) et, pour la FIDH, observateur en Tunisie lors du procès d’un des responsable de l’Union Générale des Étudiants Tunisiens.

© Stéphane Maugendre
© Stéphane Maugendre

Dans l’actualité récente :

« Le Syndicat de la magistrature, le Gisti et la Ligue des droits de l’homme comparaissaient hier devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir « discrédité » une décision de justice. » (Le délit d’indignation à la barre, L’humanité, Marie Barbier, 13/10/2016).

 » Dans le communiqué, la critique était seulement dirigée contre un « durcissement de la jurisprudence », affirme Stéphane Maugendre, ancien président du Gisti. (Au tribunal de Paris, la critique de la justice en procès, Le Monde, Jules Metge, ).

« …Dans la presse, ce communiqué « n’a été repris que le jour où nous avons été convoqués par la police », a expliqué Stéphane Maugendre, du Gisti… » (Discrédit sur une décision de justice : 2.000 euros requis, AFP, Sylvain Peuchemaurd, 12/10/2016)

« … Pour Stéphane Maugendre, avocat au barreau de Seine-Saint-Denis et spécialiste du droit des étrangers, la proposition de Nicolas Sarkozy n’a pas de sens. « Je suis étonné qu’un juriste, avocat comme M. Sarkozy puisse solliciter une telle interdiction de regroupement familial puisque cela entraînera une condamnation de la France, estime sur RMC celui qui traite chaque année de nombreux cas de demande de regroupement. En effet, selon l’article 8 de la Convention européenne des Droits de l’Homme, on ne peut pas interdire aux gens de vivre en famille ». « Les personnes qui se trouvent sur le territoire français et qui veulent voir venir leurs épouses ou leurs enfants, c’est pour vivre en France, s’intégrer en France, souligne-t-il encore. Lorsqu’on vit loin de sa famille, on ne s’intègre pas dans son pays »… (Lire l’article, Nicolas Sarkozy souhaite suspendre le regroupement familial: « Cela ne résoudra aucun problème », RMC, 24/08/2016.)

00apbmvqh3yran704gkcem63kzeq-zhui5wk6e9tjrq26mcyqybt-zy__4i8gxdafeysw300

Avocat