Guéant et les civilisations : « Le but est de faire peur, et ça marche »

images  2161324402810, Celine Rastello , 07/02/2012

Stéphane Maugendre, président du Groupe d’information et de soutien des immigrés, réagit aux propos du ministre de l’Intérieur. Interview.

« Toutes les civilisations ne se valent pas » a affirmé le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, samedi 4 janvier lors d’un colloque organisé à l’Assemblée nationale par l’UNI (Union nationale inter-universitaire, syndicat étudiant proche de l’UMP). Une déclaration qui a rapidement suscité une vive indignation mais qui n’a rien d’un coup d’essai après ses propos, mi-décembre, sur la nécessité d’adopter « l’art de vivre français comme les civilités : la politesse, la gentillesse ». Auxquels s’étaient ajoutés, quelques jours plus tard, ceux sur la délinquance étrangère « supérieure à la moyenne ».

Stéphane Maugendre, président du Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti) et avocat spécialisé en droit des étrangers en Seine-Saint-Denis, avait déjà réagi lors des précédentes déclarations. « Le Nouvel Observateur » l’a de nouveau interrogé.

Quelle a été votre réaction quand vous avez pris connaissance de ces propos ?

– Encore une fois, on est dans la suite logique des discours tenus jusqu’ici par le ministre de l’Intérieur. Les étrangers étaient déjà « impolis et pas gentils », on les a ensuite taxés de « délinquants. » Maintenant, avec un amalgame, un « gloubi-boulga » mêlant les termes « pratiques », « cultures », « civilisations », on oppose les civilisations les unes aux autres, comme si une civilisation pouvait être regardée à l’aune de certaines pratiques religieuses. Comme a tenté de l’expliquer Alain Juppé, il est différent d’affirmer que toutes les civilisations ne se valent pas et de dire que tous les régimes politiques ne se valent pas. Demain, ira-t-on jusqu’à dire que les Arabes veulent tous que nos femmes portent le voile ?

Claude Guéant affirme ne viser « aucune culture en particulier », mais cite en exemple « l’interdiction du voile intégral à l’Assemblée nationale » et « les prières de rue. »

– Bien évidemment, on vise une certaine communauté. Les exemples du ministre le trahissent. En visant l’Islam, tous les Arabes sont visés. Ce qui renforce un sentiment de rejet de toute une partie de la population française, et la ghettoïse idéologiquement. Comment aujourd’hui, un gamin issu de l’immigration depuis deux ou trois générations, qui est un mélange de « civilisations » comme le dit le ministre, va ressentir ces propos ? Et puis, qu’est-ce que la civilisation ? On amalgame tout. Le ministre dit « contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche. » Qu’est-ce que ça veut dire ? Rien. C’est du verbiage d’extrême-droite.

Quelle lecture faites-vous de cette progression dans le discours du ministre ?

– Cette progression est de plus en plus choquante, et va banaliser le discours, qui s’inscrit dans la stratégie de la droite décomplexée. Cette droite veut ramener un maximum d’électeurs du Front National, et laisser un minimum de voix possibles à Marine Le Pen. Si on est capable de tenir ce genre de discours à ce niveau de l’Etat, on légitime le fait que tout le monde puisse le dire. Ce qui n’aura pour conséquence qu’une progression du racisme. L’amalgame est donc extrêmement dangereux. Son but est de faire peur, et ça marche. Des gens vont adhérer à ce genre de discours et le reprendre à leur compte. Ça ne fera qu’augmenter les fractures déjà existantes. J’ai parmi mes clients des gens de deuxième, troisième génération, qui travaillent et sont pour la plupart français. Ils sont extrêmement choqués. Pratiquants ou pas, tous se sentent visés.

Les propos du ministre ne pourraient-ils pas tomber sous le coup de la loi ?

– Il y a fort à parier que le ministre, qui savait pertinemment que ses propos seraient repris, n’a pris aucun risque. Tout est calculé pour créer le « buzz ». La petite phrase sort, il en reparle le lendemain en précisant sa pensée. C’est pour lui du « pain bénit ».

⇒ Voir l’article

Une réflexion au sujet de « Guéant et les civilisations : « Le but est de faire peur, et ça marche » »

Les commentaires sont fermés.